Les fonds marins du Prado repeuplés grâce à 400 récifs

Maïram Guissé

— 

Les poissons ont repeuplé les fonds.
Les poissons ont repeuplé les fonds. — DR / VDM

Mais où étaient donc passées les espèces sous-marines ? Nombre d'entre elles, habitantes de certains fonds marins de la cité phocéenne s'étaient fait la belle. La faute à la « main de l'homme, notamment à cause des activités de pêche de ces dix dernières années », explique Didier Réault, conseiller municipal délégué à la mer, au nautisme aux plages et au parc national des Calanques.

Dix millions d'euros
Pour lutter contre ce fléau, la Ville immerge 400 récifs artificiels, répartis en six villages, sur la zone de la baie du Prado entre 2007 et 2008. Objectif : redynamiser et repeupler le secteur. Hier, aux abords de la base nautique du Roucas-Blanc (8e), Didier Réault ne cachait pas sa satisfaction. Et pour cause : les premiers bilans de cette expérience semblent très positifs. « Nous avons noté une colonisation de ces récifs plus rapide et plus riche que ce que nous avions prévu, détaille l'élu. Le béton a très vite été recouvert par la faune. » « Les scientifiques ont aussi constaté la présence de girelles, de loups, de poulpes, signale-t-on à la Ville. On y retrouve quasiment tous les poissons qu'on a à Marseille. » Coût de cette opération ? Dix millions d'euros. « Six millions d'euros sont investis sur dix ans, et en fonctionnement c'est-à-dire sur le suivi, quatre millions sont ajoutés », précise Didier Réault. Le financement est réparti entre la Ville, le comité Européen et la Région à hauteur de 20 %, pour chacune de ces institutions. L'agence de l'eau contribue à hauteur de 40 %.
Cet effort de préservation du littoral sera très apprécié en 2 013. Marseille a été choisie pour accueillir la 3e édition du congrès des aires marines protégées.

enfants sensibilisés

Seize « classes marines » de primaire ont parrainé les six villages de récifs. L'occasion de les sensibiliser à l'environnement marin. Hier, une partie des élèves était réunie à la base nautique du Roucas-Blanc (8e) pour recevoir un diplôme.