mobilisation générale pour la sécurité des plages

Maïram Guissé

— 

La plage du Prophète, hier.
La plage du Prophète, hier. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Le mauvais temps s'est invité à l'ouverture de la saison balnéaire. Ce week end, les violents orages ont entraîné la fermeture des plages. Elles ont été partiellement rouvertes hier. Jusqu'au 4 septembre, près de deux millions de baigneurs sont attendus sur les 21 plages de la cité phocéenne. « C'est environ deux fois plus que la population marseillaise. C'est un afflux important qu'il faut prendre en compte, c'est pour ça que nous avons mis en place un dispositif il y a quelques années », explique Didier Réault, conseiller municipal délégué à la Mer, au nautisme, aux plages et au Parc national des calanques.

Tolérance zéro
Ce programme, dont le coût est estimé à environ 1,2 million d'euros, est réalisé en partenariat avec la police nationale et le tissu associatif. Il mobilise plus de 500 personnes, dont 70 policiers et 72 maîtres nageurs sauveteurs. Leur mission, assurer la sécurité des touristes et les informer. « Nous voulons éviter que des bandes d'énergumènes viennent troubler les visiteurs, insiste Gilles Leclair, préfet délégué à la sécurité. L'expérience nous montre que la tâche va être rude, malheureusement, car nous sommes dans une situation difficile en matière de délinquance. » Son mot d'ordre : « Tolérance zéro ». « Nous allons traquer ceux qui ennuient les visiteurs. Je souhaite que les policiers soient intransigeants », insiste-t-il.

Surveillance

Quinze zones réservées à la baignade sont surveillées : Corbière (Fortin, Batterie, la Lave), Frioul St Estève, Prophète, Prado nord, Prado sud, Huveaune, Borély, Bonneveine, Vieille-Chapelle, Pointe-Rouge, Sormiou et les Catalans.