Rémy Bargès mis en examen

— 

Rémy Bargès.
Rémy Bargès. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Rémy Bargès, directeur de cabinet de Jean-Noël Guérini, président PS du conseil général des Bouches-du-Rhône, a été mis en examen hier matin pour « destruction de preuves » par le juge Charles Duchaine, dans le cadre de l'instruction sur des marchés publics présumés frauduleux. Rémy Bargès est resté moins de deux heures dans le bureau du juge. En novembre 2009, à la veille d'une perquisition des gendarmes au conseil général, Rémy Bargès avait fait changer les ordinateurs du cabinet du président. Aux gendarmes qui l'auditionnaient peu après en qualité de témoin, il avait d'abord expliqué qu'il avait pris cette décision en raison de « bugs » de la part des machines. Il avait ensuite convenu avoir « paniqué », et avoir voulu empêcher que le contenu des ordinateurs ne soit rendu public. Il avait reconnu que les machines contenaient des informations concernant des « attributions de logements » et « des notes d'opportunité politique » sur les subventions accordées par le département.
Interrogé également sur le rôle d'Alexandre Guérini au sein de l'institution départementale, Rémy Bargès avait insisté sur « l'influence politique forte » de ce dernier, frère du président du département. « Je me suis retrouvé au cœur d'un processus que je n'ai pas forcément approuvé », avait-il conclu. Hier, son avocat estimait que la destruction de preuves était « un délit périphérique à l'affaire ». « Mon client n'est absolument pas concerné par les affaires d'Alexandre Guérini », insistait Me Olivier Lantelme.L.B