Sort incertain pour les salines

©2006 20 minutes

— 

Le groupe français Salins a présenté un projet de restructuration de son site de Salin-de-Giraud (Bouches-du-Rhône), a-t-on appris vendredi de source syndicale. « La direction a évoqué deux plans, explique Raouti Zenasni (CGT) : un redéploiement vers une saline à Fos, pour être plus près de l'usine Arkema [qui consomme du sel] et une réduction de la production à Salin-de-Giraud. » Sur le site de Salin, une partie de la production serait vendue en France pour le déneigement, l'autre partie exportée vers le Portugal et l'Italie. « Fos emploierait trente-cinq personnes, Salin une trentaine et Aigues-Mortes une dizaine », détaille Raouti Zenasni. Actuellement, 143 personnes travaillent à Salin-de-Giraud.

Le groupe Salins n'a pas encore présenté de plan social. « La direction a dit qu'il n'y aurait pas de licenciement sec, mais des mesures de préretraite », assure Raouti Zenasni. La restructuration semble loin d'être bouclée. Les négociations entre Salins et l'Etat pour utiliser la saline de Fos n'ont pas encore abouti. En revanche, Salins a décidé de récolter le sel de Salin-de-Giraud en 2006, malgré un stock important. « Ne pas faire la récolte aurait mis en danger le matériel, explique Raouti Zenasni. Et une grande partie de notre salaire est faite de primes liées à la récolte. » La direction du groupe se refuse à tout commentaire sur la restructuration. Une réunion entre direction et syndicats devrait avoir lieu en juin. F. L.