Les Staps pédalent pour moins ramer

©2006 20 minutes

— 

Première étape : 87 km, reliant Plan-de-Campagne à Noves, près d'Avignon. De quoi mettre en jambes les cinquante étudiants en Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) de la faculté de Luminy (9e), qui s'élancent ce matin pour un périple à vélo de dix jours, destination Paris. But de la manoeuvre : informer la population sur la réduction du nombre de places au concours du Capes. « Je me suis inscrit à la fac en 2002 après avoir vu le slogan “Professeur, un métier d'avenir”, raconte Charles, étudiant en licence. J'étais prêt à bûcher, mais résultat, cette année, il n'y a plus que 400 postes ouverts sur toute la France, contre 1 500 il y a trois ans. » Du coup, hier, Charles avait troqué son survêt' pour le cuissard et la casquette à poids du meilleur grimpeur. « On est les gagas qui partent à vélo », s'amuse-t-il devant deux cents personnes rassemblées pour une ultime réunion avant le départ.

Loin d'avoir la tête dans le guidon, les Staps ont tout préparé depuis plus d'un mois, multipliant les initiatives pour financer leur périple : filtrage des voitures pour sensibiliser les conducteurs, journée d'animation avec les enfants... 10 000 euros ont ainsi été récoltés pour le projet et pour la location de trois bus qui rejoindront les cyclistes à Paris le 16 mars, où plus de 10 000 étudiants en Staps sont attendus pour une journée d'action nationale. « Une démarche légitime », juge Laurent Grelot, doyen de la faculté des sports qui, compte tenu du fort mistral soufflant sur la région, leur avait conseillé de prendre le TGV !

Frédéric Tchalian

Chaque jour, six coureurs se relaieront pour effectuer au total 100 km. Dans chaque ville-étape (Avignon, Lyon, Dijon...), les cyclistes tenteront de rallier à leur initiative d'autres étudiants en sport.