nouveau règlement de comptes

Laurent berneron

— 

La police a procédé à des relevés d'empreintes et à une enquête de voisinage.
La police a procédé à des relevés d'empreintes et à une enquête de voisinage. — V. BEAUME / 20 MINUTES

Deux jeunes hommes ont été tués à l'arme de guerre hier après-midi dans le quartier de Saint-Mauront (3e) au cours d'un nouveau règlement de comptes. Peu après 15 heures, plusieurs individus à bord d'une voiture ont mitraillé une golf noire qui stationnait devant une mission évangélique, boulevard Alphée Cartier. Les deux individus, âgés selon les enquêteurs d'une vingtaine d'années, ont été criblés de balles. L'un se trouvait à l'intérieur de l'habitacle, l'autre sur le trottoir, tout près du véhicule. L'assaut a eu lieu en présence de témoins dans la rue, sous les fenêtres d'une résidence et à quelques mètres du collège Versailles. « Il s'agit d'un règlement de comptes avec vraisemblablement l'utilisation d'un fusil d'assaut de type Kalachnikov et probablement d'autres armes », a indiqué Christophe Barret le procureur adjoint au parquet de Marseille.

«Sauvagerie»
Une trentaine de résidus de tir ont été repérés autour de la voiture, laissant penser que les victimes ont été abattues à bout portant par un commando. Il n'y aurait pas eu d'autres blessés. « C'est très grave, a réagi le procureur adjoint, c'est le mépris qu'on constate à chaque fois, avec des passants, des habitants autour. Cela s'inscrit dans la violence qui règne dans un certain nombre de quartiers de Marseille ». Le préfet de police Gilles Leclair, également présent sur place, estimait que « les règlements de comptes sont de plus en plus barbares. Ce que l'on remarque, c'est la sauvagerie de ce type d'actions », a-t-il déclaré. Il pourrait s'agir d'un nouvel épisode d'une guerre de bandes pour la maîtrise du trafic de drogue dans certaines zones de la ville. Il y a deux semaines, un homme d'une soixantaine d'années avait été tué en pleine après-midi par un commando armé dans les quartiers nord. Selon le procureur Jacques Dallest, quatorze personnes sont décédées depuis le début de l'année lors de vols ou d'homicides à Marseille. L'enquête sur ces deux nouveaux homicides a été confiée à la brigade criminalité de la police judiciaire.