kachkar, droit dans le mur

Caroline Berlebach

— 

Les avocats de la famille Louis-Dreyfus l'assurent : le « hold-up sur Marseille a été à deux jours de réussir ». En mars 2007, l'OM aurait été à deux doigts de se faire racheter par un faux multimillionnaire. Légèrement voûté mais toujours souriant en costume gris et mise impeccable, Jack Kachkar proteste de son innocence à la barre : « J'avais un projet pour développer la marque de l'OM, faire des tournées et ouvrir des magasins à l'étranger. J'avais un plan sur cinq ans pour recruter un ou deux joueurs chaque année pour atteindre la Ligue des champions ». Hier après-midi, l'homme d'affaires canadien a clamé son innocence dans l'échec du rachat de club. Après dix mois de négociations infructueuses, de demandes répétées de délais, Robert Louis-Dreyfus (RLD) a fini par mettre fin à la vente et a porté plainte pour escroquerie.

Fausses signatures
Cartouche principale de la famille Louis-Dreyfus : deux garanties bancaires fournies par Kachkar pour prouver sa solvabilité, à hauteur des 81 millions d'euros prévus initialement pour l'achat. Quand RLD finit tardivement par les faire vérifier, surprise : le banquier qui est supposé avoir signé les deux documents ne reconnaît pas sa signature. En quatre ans d'enquête, la justice n'établira jamais qui a rédigé les faux. « C'est mon banquier qui les a signés, maintient Kachkar. Il ne l'a pas reconnu après car il n'avait pas demandé l'aval de sa hiérarchie. » Le cabinet d'affaires Allen & Bowery, un des plus connus au niveau international qui conseille Kachkar, ne tire aucune sonnette d'alarme. « Les barrières de protection n'ont pas fonctionné », tacle Pierre Haïk, avocat de la famille Louis-Dreyfus. Le procureur s'en prend à l'épais mystère qui entoure le patrimoine de Jack Kachkar : « Quatre ans après, on ne sait toujours rien de vous, rien qui permette d'affirmer que vous êtes le multimillionnaire que vous prétendez. » Le parquet a requis contre Kachkar dix mois de prison avec sursis et 40 000 € d'amende. Délibéré le 15 juin.

Motivé

Jack Kachkar a répété hier à l'audience qu'il souhaitait encore racheter l'Olympique de Marseille. « Mais depuis, il y a eu la crise financière et les industries pharmaceutiques [son activité au moment de la tentative de rachat du club] ont dû se réorganiser », a expliqué l'homme d'affaires canadien.