un berceau très convoité

caroline delabroy

— 

La crèche accueille les enfants à partir de 10 semaines et jusqu'à 4 ans.
La crèche accueille les enfants à partir de 10 semaines et jusqu'à 4 ans. — p.Magnien / 20 minutes

Premiers sourires aux Griottes de la Palmeraie. Cette nouvelle crèche de Plan-de-Campagne accueille les enfants des salariés des entreprises et de certaines communes voisines, à l'image de Cabriès. « C'est la première crèche inter-entreprises située dans une zone commerciale en France », se félicite Tony Sessine, président de l'association des commerçants de Plan-de-Campagne, qui porte le projet depuis plus de trois ans. Fort de son expérience personnelle de parent en mal de mode de garde, ce restaurateur estime aussi important de « renforcer l'image sociale de la zone », après le long épisode sur le travail du dimanche.

Des plats 50 % bio
Castorama, Leroy-Merlin, Métro, Conforma ou encore Darty ont déjà réservé des berceaux pour leurs salariés. « La structure a été créée pour 30 enfants, indique Lucie Dumait, directrice de la crèche. Nous proposons un accueil du lundi au samedi, de 7 h 45 à 19 h 30. Les repas sont en outre confectionnés avec 50 % de produits bio ». Pour les parents, le prix est équivalent à une place en crèche municipale. Pour l'entreprise, « l'intérêt est triple », souligne Tony Sessine : « fidéliser ses salariés, réduire les congés parentaux et l'absentéisme, et bénéficier d'un bon outil de recrutement ». Reste que dans les faits, les convaincre de participer financièrement n'est pas toujours aisé.
Responsable d'agence de Crèche Attitude, à l'origine notamment de Cap Canailles, la crèche inter-entreprises d'Euroméditerranée inaugurée en 2009, Marie Pellen en fait régulièrement l'expérience. « Un berceau coûte à l'entreprise entre 9 000 et 12 000 € par an, selon le prix du loyer - ou de l'achat du bâtiment - et selon l'amplitude horaire de l'accueil des bébés. Sur cette somme, elle ne paiera après déduction fiscale qu'en moyenne 2 000 €, mais il faut avancer la trésorerie », explique-t-elle. Le retour sur investissement semble payant. À la Joliette, le succès est au rendez-vous. « On commence à avoir les petits frères et sœurs ».

le boom des crèches d'entreprises

« On note un réel intérêt des entreprises à réserver des berceaux, déclare Céline Argenti-Dubourget, sous-directrice en charge du service aux partenaires à la CAF 13, qui aide au financement de ces structures. Des projets émergent dans la zone Euromed, dans les quartiers sud de Marseille, à l'ouest de l'étang de Berre et entre Aubagne et la Ciotat ».