le FN prend racine, l'UMP dévisse

laurent berneron

— 

Le taux de participation définitif a été faible dimanche, 44,31% contre 65,64% en 2004.
Le taux de participation définitif a été faible dimanche, 44,31% contre 65,64% en 2004. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Présent dans tous les cantons renouvelables de Marseille au second tour, le FN n'a pas réussi à obtenir un siège au conseil général. Mais il s'agit d'un résultat en trompe-l'œil : le parti d'extrême droite était dimanche soir la première force politique à Marseille. Certes, le scrutin ne portait que sur la moitié de la ville, tous les cantons n'étant pas renouvelés. Mais sur 84 335 voix exprimées au total, le FN en empoche 41 %. On croyait le parti frontiste incapable de faire croître son électorat entre les deux tours. Il n'en a rien été. Le FN a obtenu entre 30 et 70 % de voix supplémentaires entre le premier et le second tour.

Barrage poreux
Au Camas ou à Notre-Dame du Mont, où il était opposé à l'UMP et où la participation a été sensiblement la même les deux dimanches, le FN a grappillé des voix à gauche. Et ce malgré l'appel des socialistes à faire barrage au FN. Aux Cinq-Avenues, à La Pomme ou encore à La Capelette, le FN a bénéficié d'un report de voix venues de la droite traditionnelle. Le PS n'y doit son salut qu'à la forte mobilisation de son électorat et une participation légèrement meilleure qu'au premier tour. À droite, malgré le gain de deux cantons, perdu par la gauche dès le 1er tour pour cause d'affaire Guérini, l'UMP fait figure de grand perdant. Alors que le parti présidentiel avait réussi en 2008 à faire réélire Jean-Claude Gaudin, il descendait déjà, lors des régionales de 2010, au deuxième rang des forces politiques marseillaises, mais encore devant le FN. Depuis dimanche, il est bon dernier, avec seulement 26 % des suffrages exprimés.

président

L'élection du président du conseil général a lieu jeudi. Pour être élus, les candidats ont deux tours pour obtenir la majorité absolue, et un troisième pour dégager une majorité relative. Les conseillers généraux votent à bulletin secret et peuvent élire l'un des leurs même s'il n'est pas candidat.