Les services fiscaux sourds aux arguments des chibanis

© 20 minutes

— 

Entre 4 000 et 6 000 retraités maghrébins de Marseille sont toujours menacés de perdre leurs droits sociaux, suite au bras de fer initié par les services fiscaux locaux. Dernier round en date : une réunion, hier, entre l’administration fiscale et Le Rouet à coeur ouvert, l’une des associations mobilisées pour la défense de ceux qu’on surnomme les chibanis : « Les services fiscaux refusent de remettre en cause la procédure lancée cet été. Ils semblent ne pas comprendre qu’ils ciblent un public très fragilisé, qui ne comprend pas leur demande », s’indigne Michel Perrottina, président de l’association. Pour la première fois, l’administration a exigé en 2005 une preuve de domiciliation en France, pour délivrer aux chibanis l’avis de non-imposition nécessaire pour toucher les allocations. Maigre consolation : la mesure ne concerne que Marseille, alors qu’elle a été un temps présentée comme devant s’étendre à toute la France. G. I.