Manifestation à Marseille contre le nucléaire

— 

Les manifestants ont déposé des roses devant la préfecture, en mémoire des victimes du tremblement de terre.
Les manifestants ont déposé des roses devant la préfecture, en mémoire des victimes du tremblement de terre. — P. Magnien / 20 Minutes

Une cinquantaine d'élus et de militants écologistes se sont rassemblés hier après-midi devant la préfecture de région en solidarité aux victimes du séisme de Sendaï, et pour dénoncer les « risques du nucléaire » en France. Selon le réseau Sortir du nucléaire, les installations nucléaires de la région, particulièrement celle de Cadarache et du Tricastin, seraient construites « pour résister à un séisme de magnitude 5,8 ». En 1909, le séisme de Lambesc avait atteint une magnitude de 6,2. Le renforcement des normes antisismiques a amené le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) de Cadarache à ferme un de ses installations, l'atelier technique de plutonium (ATPU). Le Conseil d'État a examiné hier un recours de Sortir du nucléaire, qui réclame un arrêt du démantèlement de l'ATPU, dénonçant des manquements à la sécurité dans la conduite des travaux.