LE FRONT NATIONAL EN EMBUSCADE

LAURENT BERNERON
— 

   On croyait le Front national en perte de vitesse dans le département depuis la présidentielle de 2002. Les régionales de 2010 sont venues rappeler qu'il n'en était rien. 

 L'alerte des régionales
Lors des cantonales de 2004, où les mêmes cantons que les 20 et 27 mars prochains étaient en jeu, le FN avait atteint une moyenne départementale de 17 % hors Marseille, et plus de 21 % dans la cité phocéenne. Le parti confirmait sa poussée de la présidentielle de 2002, ou Jean-Marie Le Pen était arrivé en tête sur tout Marseille, avec 23,3 % des suffrages. En 2007, la récupération des voix du FN par Nicolas Sarkozy eu raison de la dynamique passée. Sur l'ensemble de la ville, le FN réalisa 13,4 % à la présidentielle de 2007 puis un maigre 7,5 % aux législatives. Un an plus tard, lors des municipales de 2008, le spectre des années FN en Provence semble derrière : 8,85 % à Marseille. C'était parler trop vite. Aux régionales de 2010, le FN rebondissait, retrouvant ses anciens scores, avec 21,4 % sur Marseille. L'alerte des régionales a déclenché un pare-feu. Le gouvernement a décidé l'an dernier de relever le nombre de voix nécessaires pour se maintenir au 2e tour. Il faut désormais réunir les suffrages de 12,5 % des inscrits. Avec l'ancienne règle des 10 %, le FN avait été présent au second tour de 2004 dans 22 des 29 cantons du département, dont cinq dans le cadre d'un duel… Avec la nouvelle formule, le FN pourrait quand même se maintenir dans six cantons, dont quatre en position de duel. Cela pourrait être le cas à Vitrolles et Marignane, où l'UMP veut limiter la casse en présentant sous sa bannière d'anciens membres du front. Une triangulaire est possible à Tarascon. A Marseille, dans le canton de Saint-Just, le socialiste Michel Pezet pourrait disputer le deuxième tour avec le FN. A Saint-Barthélémy, un duel est aussi possible, comme une triangulaire aux Olives. En cas de dynamique importante du Front, il pourrait aussi jouer les trouble-fête à La Capelette et au Camas ou à La Pomme.