de l'eau dans le gaz sur le permis

Amandine rancoule

— 

Le bassin minier de Gardanne.
Le bassin minier de Gardanne. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Inquiets face à la polémique actuelle sur le gaz de schiste, un collectif de vigilance regroupant des habitants, des élus et des associations du pays gardannais, a été créé aujourd'hui. A Gardanne, un permis d'exploitation, dit « gaz de Gardanne », a été donné par l'État à la société EPG en 2007 et prolongé en avril 2010 pour une durée de trois ans.

De Gréaque à l'Arbois
« Concernant le permis de Gardanne, 36 puits d'exploration ont déjà été réalisés », précise François-Michel Lambert, conseiller municipal (Europe Écologie) de Gardanne qui dénonce l'opacité autour du dossier. « Ce permis est un des plus anciens accordés, et couvre une surface de 365 km², soit un territoire allant de Gréasque à l'Arbois », ajoute-t-il. Selon lui, 2 803 millions de mètres cubes de gaz auraient été trouvés sur une zone de 40 km² à l'ouest de la ville. Par ailleurs, deux demandes d'ouverture de travaux, à Calas et Bouc-Bel-Air, sur 2007-2009 ont été formulées par EPG, demandes rejetées par la Dréal. La société effectuerait actuellement des études d'impact pour une nouvelle demande d'ouverture de travaux aux alentours de Gardanne. Hier, la Dréal et la Préfecture n'ont pas souhaité communiquer sur les permis dans la région.