MPM veut mettre le paquet sur le tri sélectif

Frédéric legrand

— 

MPM mise sur une collecte en benne.
MPM mise sur une collecte en benne. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Le recyclage des déchets, « c'est pas que pour les bobos », tranche Jean Viard, sociologue et président de la commission déchets. La communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM) devrait lancer en septembre une campagne d'information et d'actions pour tenter de rattraper le retard de la ville en matière de tri sélectif, a-t-elle annoncé hier. La cité phocéenne est très à la traîne : seulement 34 kg triés par habitant et par an, contre 44 kg en moyenne nationale, et jusqu'à 88 kg dans une métropole comme Bruxelles.

Pas d'amende
Après plusieurs mois d'études, la commission déchets a finalement opté pour une politique incitative. Pas question de dresser des PV à 80 € pour des poubelles mal triées, comme cela se fait à Bruxelles. « On n'en est pas là, ce n'est pas notre philosophie », souligne Jean Viard. MPM mise sur la multiplication des bennes de points d'apport volontaires, et sur un travail sur le logement collectif, qui représente les trois quarts de l'habitat à Marseille. Des bennes de recyclage pourraient notamment être installées sur des terrains appartenant à des bailleurs sociaux, à l'extérieur des immeubles. Reste à garantir le suivi des déchets, pour montrer aux habitants que leur effort de tri n'est pas perdu. « La traçabilité est assurée à partir du moment où les déchets arrivent au centre de tri », explique Eugène Caselli, présdient (PS) de MPM. Sans se fixer de calendrier, la communauté urbaine espère atteindre, dans un premier temps, la moyenne nationale en quantité de tri. Gros effort en perspective : toutes les agglomérations de France étant mobilisées, la moyenne devrait encore augmenter de plusieurs kilos dans les prochaines années.

incinérateur

Plus de tri sélectif égale moins de déchets pour l'incinérateur de Fos. MPM n'exclut pas la possibilité d'y brûler des ordures d'autres intercommunalités si Marseille ne suffisait plus à fournir le minimum de 250 000 tonnes par an.