Aix rejoint 2013, mais sous conditions

laurent berneron

— 

Le musée Granet, qui accueille les grandes expositions aixoises.
Le musée Granet, qui accueille les grandes expositions aixoises. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

La communauté du pays d'Aix a finalement approuvé hier soir son adhésion à Marseille-Provence 2013, association chargée de préparer la capitale européenne de la culture. La ville d'Aix devrait en faire de même le 31 janvier prochain.

Scénario inimaginable
En décembre, Maryse Joissains, qui dirige les deux collectivités, avait menacé de ne pas adhérer au projet, si un siège de la future université unique, née de la fusion d'Aix Marseille I, II et III, ne revenait pas à la cité du Roy René en 2012. « On fera Aix en Provence 2013 ! », avait même prévenu le maire. Un scénario inimaginable, tant l'aura culturelle aixoise aurait pu faire de l'ombre à MP 2013, rapporte-t-on en coulisses, où les négociations ont été houleuses. Bruxelles s'en était même ému, estimant que le retrait d'Aix « pourrait compromettre la réalisation de projets majeurs ». Lundi, les trois universités se sont engagées à installer l'un de leurs sièges à Aix. Maryse Joissains a donc lancé l'adhésion, en obtenant au passage un leadership. Dans la délibération votée hier soir, il est indiqué que « 193 projets concernant Aix et son territoire ont été déposés auprès de MP 2013. La sélection des projets retenus pour Aix et le pays d'Aix sera arrêtée en comité de pilotage territorial », présidé par Maryse Joissains. Un fonctionnement qui contredit l'esprit de la candidature validée par Bruxelles, qui stipulait que les projets seront labellisés « 2013 » uniquement par le conseil d'administration de l'association, là où siègent tous les partenaires. « Ces comités existent pour chaque partenaire, pour discuter de la programmation », tempère Thierry Roche, directeur délégué à MP 2013. Que se passera-t-il si un projet est souhaité par Aix mais retoqué par MP 2013 ? « Il n'est pas question que Maryse Joissains fasse le programme », répond ce dernier tout en assurant qu'« on n'a pas envie de faire la programmation de Bernard Latarjet », le directeur de MP 2013. Les projets non labellisés pourraient être réunis dans un « off ».