hortefeux et la sécurité à marseille, acte 2

laurent berneron

— 

Le ministre de l'Intérieur, lors de sa visite éclair, hier, à la préfecture.
Le ministre de l'Intérieur, lors de sa visite éclair, hier, à la préfecture. — P. MAGNIEN/20 MINUTES

Deuxième crochet phocéen en moins de quinze jours. Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur, a fait une visite impromptue hier après-midi à Marseille, pour « faire le point » sur les opérations de police d'envergure lancées après un premier déplacement dans la ville, le 21 novembre.

Coup de poing
Le ministre de l'Intérieur s'était rendu dans la cité phocéenne au lendemain de la mort d'un adolescent de 16 ans, tué lors d'un réglement de comptes à la Kalachnikov dans le quartier du Clos La Rose (13e). Il avait annoncé des renforts de police, afin de mener des contrôles routiers et des opérations « dans les quartiers sensibles », pour débusquer armes et trafics de drogue. « Des actions coup de poing ont été menées chaque jour depuis, trente au total », a indiqué hier Brice Hortefeux. Le ministre a dressé la liste méticuleuse des « 1 363 halls d'immeubles et caves » inspectés, des « huit individus interpellés », et des « 11 fusils et huit armes de poing » saisis. Il a par ailleurs rappelé que les deux compagnies de CRS envoyées dès le 21 novembre « seraient maintenues tout le temps qu'il faudra pour mettre un coup d'arrêt aux trafics ». Les 150 CRS supplémentaires sont employés à « sécuriser » les entrées et sorties des quartiers bouclés lors des opérations de police. Plusieurs d'entre elles, qui ont duré plusieurs heures, ont mobilisé jusqu'à 200 fonctionnaires. À une question demandant si la situation marseillaise était si singulière par rapport à d'autres villes qu'elle justififiait deux visites ministérielles en moins de quinze jours, Brice Hortefeux a répondu : « Un défi a été lancé. » « A ceux qui expliquent que cela ne change rien, je réponds qu'un trafiquant arrêté, c'est autant de drogue en moins pour détruire la santé des jeunes », a-t-il ajouté. Il y a une semaine, une opération de police dans le quartier Font-Vert (14e) avait débouché sur la découverte de 56 kg de cannabis, d'armes, et de matériel ayant pu servir à des braquages. Au lendemain de cette saisie, le procureur de la République, Jacques Dallest, avait tenu à préciser le sens des actions entreprises. « La criminalité à Marseille, ce sont les cités, mais pas seulement les cités, avait-il précisé. Ce n'est pas le couvre-feu dans les cités. Il y a des lois et il n'est pas question de boucler Marseille. »

effectif

Outre les deux compagnies de CRS, cinq agents ont été recrutés pour le service départemental de renseignements, dans les rangs de la direction de la sécurité publique. Cent dix-sept adjoints de sécurité, dont 80 déjà « sur le terrain », sont prévus.