le carénage resterait en rade

amandine Rancoule

— 

Sur le port, les mécaniciens effectuent le carénage sous l'œil des passants.
Sur le port, les mécaniciens effectuent le carénage sous l'œil des passants. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Dévoilé en début de semaine, le projet de réaménagement du Vieux-Port laisse sceptiques les habitués des lieux. « Il y a des choses à faire ici mais en respectant les usages », note Roger, 75 ans, bénévole au groupe amical des canotiers Phocéens. C'est bien là que le bât blesse. En supprimant les barrières pour un accès direct à la mer, les zones « privées » où s'effectue le carénage redeviennent publiques, posant notamment des problèmes de sécurité.

1 200 bateaux dans le Vieux-Port
« On monte les bateaux à quais. Les gens s'arrêtent, regardent derrière la clôture, c'est le spectacle, explique Marc, mécano depuis 20 ans. Personne n'a vu de projet d'aire de carénage. On est une trentaine de mécaniciens, où va-t-on travailler sans blesser quelqu'un ? », s'interroge-t-il.
Environ 1 200 bateaux sont mouillés dans le Vieux-Port, avec obligation de carénage une fois par an. « En somme, chaque jour, il y a en a une dizaine en carénage, estime Claude Roques, président de la fédération française des pécheurs en mer. De mars à août, c'est l'embouteillage ». Sans aire, « il faut prévoir des zones techniques pour nos installations: grues… », pense Claude Leloustre de la société nautique marseillaise. Reste à déterminer cet espace, entre parkings, zones piétonnes et voies de circulation.

coût

Le lifting du Vieux-Port devrait coûter 24 millions d'euros. Une deuxième tranche de travaux de 40 millions d'euros est prévue, vraisemblablement dépendante des élections municipales.