« Les premiers signes d'une amélioration »

Recueilli par frédéric legrand

— 

Cent mille personnes prennent chaque jour le TER dans la région.
Cent mille personnes prennent chaque jour le TER dans la région. — P. MAGNIEN/20 MINUTES

Vice-président du conseil régional en charge des Transports, Jean-Yves Petit (Europe écologie-Les Verts) fait le point des efforts déployés pour améliorer le service des TER.

Le plan de relance des TER

négocié entre la SNCF

et la région devait apporter

des améliorations dès la fin

de l'année. Où en est-on ?
Juste avant le conflit des retraites, on commençait à voir les premiers signes d'une amélioration. Il reste évidemment encore beaucoup à faire. Le plan prévoit d'agir sur trois piliers : l'organisation de la circulation des trains, le dialogue social, et l'infrastructure des voies. Il y aura un suivi trimestriel avec les usagers, et un bonus/malus pour la SNCF selon les résultats. Les réunions des comités de ligne ont repris. La prochaine aura lieu vendredi à Aubagne, pour la ligne Marseille-Toulon.

La région et les syndicats réclamaient plus de personnels. Avez-vous eu gain de cause ?
La SNCF a comblé le déficit. Le contrat signé avec la région prévoit un certain volume de trains, donc un nombre d'agents pour les faire fonctionner. Sur les contrôleurs par exemple, il manquait 60 personnes dans la région. Des efforts ont aussi été faits sur la maintenance pour qu'elle ne soit plus centralisée sur Marseille et Nice : les premières réparations peuvent désormais être faites à Avignon, Toulon ou les Arcs, et deux équipes mobiles de dépannages ont été constituées.

La région compte-t-elle de son côté acheter de nouvelles rames ?
Nous achetons seize nouvelles locomotives livrables dans trois ans. À la fin 2013, nous aurons aussi seize rames à double niveau qui devraient apporter plus de confort sur les lignes les plus chargées, comme Marseille-Toulon.

Les usagers réclament aussi

une meilleure information

sur les perturbations de ligne…
C'est un élément essentiel pour améliorer la situation. La SNCF y travaille. De notre côté, nous souhaitons nous coordonner avec les autres autorités de transports [intercommunalités, départements] pour éviter les ruptures de correspondance.

Avez-vous prévu des remboursements d'abonnements ou des sanctions financières contre

la SNCF suite aux perturbations liées aux grèves sur les retraites ?
C'est un mouvement national, qui n'a rien à voir avec un problème de gestion locale. Pour ce qui est des abonnements, si la direction régionale de la SNCF veut faire un geste, cela lui appartient.