Les raffineries en grève

— 

Une cinquantaine de pétroliers étaient bloqués hier en rade Marseille suite à la grève des agents CGT du port. Les terminaux pétroliers entamaient hier leur seizième jour d'arrêt de travail. Ils ont été rejoints par les agents des terminaux marchandises. La CGT dénonce le projet de réforme des retraites mais aussi l'application locale de la réforme des ports, qui prévoit la privatisation des activités de manutention. Privées de pétrole, les quatre raffineries de l'étang de Berre, qui assurent un tiers du raffinage en France, sont entrées hier en grève reconductible.
Après une charge lundi du Medef local, qui a lancé un collectif « Touche pas à mon port », le PS est entré à son tour dans le conflit. Patrick Mennucci, chef de file du PS à la mairie de Marseille, a appelé hier les grévistes « à cesser le mouvement ». « Il n'est pas admissible de se cacher derrière la revendication [de la retraite à 60 ans] pour défendre des intérêts très catégoriels », estime le maire des 1er et 7e arrondissements.