Lipton et Elephantquittent la France

laurent berneron

— 

Au printemps dernier, les salariés avaient mené une grève sur les salaires.
Au printemps dernier, les salariés avaient mené une grève sur les salaires. — SEGURAN / ZEPPELIN / SIPA

Coup dur pour les Fralib. Au terme d'un comité extraordinaire organisé hier matin, la direction de l'usine de Gémenos, qui produit les thés Lipton et Elephant, a annoncé la fermeture du site où 182 personnes sont employées.

« Surcapacités »
« Ce projet est indispensable », estime la direction de Fralib (groupe Unilever) qui indique vouloir « réduire ses surcapacités de production de thé et d'infusion en Europe ». « Unilever a perdu 20 % de ses parts de marché dans les trois zones (France, pays nordiques, Italie) où sont vendues 85 % des productions de Fralib », observe le groupe. Selon la direction, l'outil technologique de l'usine de Gémenos est inadapté à la demande. Le site produit des sachets classiques, alors que le choix des consommateurs se porte sur des produits innovants, comme les sachets de thé en forme de pyramide. « Ce n'est pas un problème qui date de la semaine dernière, mais bien un problème structurel », avance le groupe, qui a pourtant investi plus de 10 millions d'euros depuis 2002 à Gémenos. « On s'attendait à une annonce », réagissait hier Henri Soler, délégué CGT. Le syndicaliste réfute l'argument d'inadéquation du site, mettant en avant la capacité du site à produire des thés « techniques », comme « le Tchaé, dont la fabrication a été arrêté en juillet ». La direction a proposé un « accord de méthode » pour baliser la procédure de consultation des salariés sur son projet de fermeture et le plan social. La consultation pourrait débuter lors du prochain comité d'entreprise prévu le 21 octobre. Selon la CGT, la direction souhaiterait stopper la production d'ici le début 2 011. Le syndicat n'a pas voté d'appel à la grève, indiquant vouloir étudier les déclarations de la direction. « Nous allons nous battre pour maintenir la production ici », soutient le délégué de la CGT.