Ça plane pour Marseille-Provence

laurent Berneron

— 

Le trafic passagers à Marignane devrait progresser à nouveau en 2010.
Le trafic passagers à Marignane devrait progresser à nouveau en 2010. — Patrice MAGNIEN / 20 Minutes

« Avec toutes les misères que l'on a eues, c'est plutôt bien », se félicite Pierre Régis, directeur de l'aéroport Marseille-Provence, prévoyant pour 2010 une progression du trafic passagers à l'aéroport « de 2 % ».

Low-cost
En avril dernier, l'éruption du volcan islandais et la dispersion de ses cendres dans le ciel européen avaient ralenti la croissance de Marignane. Puis, à la veille de l'été, Ryanair faisait planer le doute sur l'avenir du terminal low-cost Mp2, dont elle est le principal opérateur. Visée par une information judiciaire pour travail dissimulé, la compagnie irlandaise à bas coût menace de fermer sa base de Marseille, la seule sur le territoire hexagonal. Sans attendre d'éventuelles poursuites, Ryanair continue pourtant d'agrandir son offre. « Elle va ouvrir huit nouvelles destinations cet hiver », annonce Pierre Régis. Et même si Ryanair décidait de fermer sa base marseillaise, « ils n'arrêteront pas tout et continueront à desservir », estime-t-il. Autre dossier en suspens, celui d'Air Algérie, qui opère huit destinations depuis Marignane. La compagnie nationale a jusqu'en novembre pour se conformer au respect des règles de sécurité sous peine de se voir inscrire sur la liste noire de la Commission européenne et interdite de vol en Europe. « Air Algérie est une compagnie très sérieuse », note le directeur de l'aéroport, estimant qu'elle a juste pris « du retard » dans ses réponses à Bruxelles concernant sa fiabilité. Enfin, l'aéroport pourrait profiter de l'ouverture d'une entité low-cost à laquelle Air France réfléchirait pour contrer ses concurrents. « Oui, je crois à l'impératif stratégique pour Air France », observe Pierre Régis, qui souligne que, « en toute logique », cette filiale d'Air France pourrait être accueillie « sur le terminal Mp2 ».