À Cadarache, les intérimaires en colère

A. R.

— 

Ils sont venus dénoncer leurs conditions de travail. Soutenus par la CGT, huit intérimaires, recrutés sur le chantier du réacteur Jules-Horowitz, à Cadarache, se sont joints hier à la manifestation. Ils réclament le paiement de leurs salaires dus depuis deux mois. Embauchés par SAMT, via une boîte d'intérim, Travel Works, ils n'auraient même pas eu de fiches de paie. « Faux, rétorque le directeur des ressources humaines de SMAT, Jean-Claude Vivaldi. Nous avons demandé à Travel Works qu'elle justifie les paiements, nous avons les doubles des bulletins de paie. » Le contrat avec cette société s'est arrêté fin mai. « Ils ont été payés », assure le DRH. Une enquête de l'inspection du travail est en cours. Ce matin, un rassemblement de soutien est prévu à 8 h devant la SMAT, à Saint-­Chamas.