Vue d'architecte du projet retenu. Le stade rénové devrait compter 67 000 places.
Vue d'architecte du projet retenu. Le stade rénové devrait compter 67 000 places. — MIR

Marseille

Le lifting du Vel' confié à Bouygues

urbanisme Le groupe de BTP a été choisi par la mairie pour réaliser et cofinancer le chantier

Un nouveau stade pour les 50 prochaines années. Le projet retenu pour la couverture, l'agrandissement et la rénovation du Vélodrome a été dévoilé hier. C'est finalement celui du groupement GFC-Construction (Bouygues) qui a été retenu contre celui de Vinci Concession, pour un montant total de 273 millions d'euros.

Livré avant l'Euro 2016
« Les groupements ont présenté leurs offres finales le 1er juin, a expliqué le maire (UMP) de Marseille, Jean-Claude Gaudin. Ces deux projets ont été analysés par une équipe technique, suivant les critères du cahier des charges », notamment par rapport à la gestion des flux de spectateurs, du nombre de places et du coût. Le projet retenu devrait être présenté en conseil municipal extraordinaire le 12 juillet. Un an de procédure est encore nécessaire pour obtenir les permis de construire. Le coup d'envoi des travaux devrait être donné à l'été 2011 et le nouveau Vel' livré d'ici à l'été 2014. Il pourra ainsi participer à l'Euro 2016 en répondant aux exigences de l'UEFA. Il devrait être construit selon les normes parasismiques et hydrologiques, dont l'entretien est garanti pendant trente-cinq ans. Le futur stade se veut aussi un modèle de développement durable puisqu'il devrait utiliser les énergies solaires et éoliennes, avec, entre autres, une boucle d'échange thermique avec la station d'épuration. Côté confort, le stade contiendra 67 000 places et tous les sièges devraient être changés pour accueillir aussi séminaires et concerts. Le toit, construit notamment pour couper le mistral, pourra s'illuminer selon l'événement. Plus de 400 000 visiteurs sont attendus par an, hors matchs de l'OM, avec, au total, 1 880 places de stationnement. Pendant la durée des travaux, 42 000 places devraient rester accessibles, contre 60 000 auparavant.