Pourquoi les Marseillais exagèrent tout le temps ?

© 20 minutes
— 

Il y avait la sardine qui bouchait le Vieux-Port, il y a désormais l’abominable panthère des calanques.  La réputation de « bouche » des Marseillais semble irrévocable. Tout a commencé avec la fameuse sardine qui – on le sait – était en fait la Sartine, un bateau qui avait fait naufrage à l’entrée du port en 1780. Mais pour Olivier Boura, auteur de Marseille ou la mauvaise réputation, le terreau était propice à l’exagération bien avant : « La population marseillaise est issue de cultures méditerranéennes connues pour leur goût du lyrisme  et de la tchatche. » Un penchant naturel dont ont joué,  voire abusé, les artistes locaux qui montaient à Paris tenter leur chance, comme Joseph Méry au xixe  ou plus récemment, Pagnol. Cette caricature qui a fait leur succès a, du même coup, alimenté les moqueries  des « capitalistes ». Sauf que personne n’a jamais  prouvé que la panthère des calanques n’existait pas...