Le collège du futur veut être ZEP

©2006 20 minutes

— 

Des bornes wi-fi dans chaque classe, des ordinateurs portables pour chaque élève, un établissement de plus de 15 000 mètres carrés à l'architecture ultramoderne respectant les normes environnementales les plus strictes

Les bâtisseurs du nouveau collège Jean-Claude-Izzo de Marseille (2e), inauguré ce matin, n'en finissent pas de dresser sur le papier les multiples avantages de l'établissement

Pourtant, cinq mois après la rentrée, les professeurs ne voient qu'une seule solution aux objectifs de réussite et de mixité sociale donnés à leur collège : ils demandent le classement en ZEP (zone d'éducation prioritaire)

« Tout l'équipement ne peut pas remplacer les moyens humains » lance une enseignante d'histoire-géographie

Avec 90 % des familles d'élèves issues des catégories socioprofessionnelles les plus défavorisées, le collège réunit tous les critères d'un classement en ZEP

Mais, premier hic, le mot fait peur

« C'est vrai qu'un élève m'a dit un jour : moi, ma mère, elle veut me mettre dans le privé si le collège est classé en ZEP » rapporte une autre enseignante

« Alors on essaie d'expliquer aux familles que la ZEP, ça veut dire avant tout une heure d'aide aux devoirs en plus par semaine, plus de sorties gratuites, un travail sur l'orientation

»

Deuxième hic, le ministre de l'Éducation nationale doit publier dans les prochains jours la nouvelle carte des ZEP en France

Une réforme qui vise à un redécoupage, non à la création de nouvelles zones

Et, même dans le meilleur des cas - celui d'un classement -, les profs du collège Izzo ne souhaitent pas que leur établissement soit classé ZEP aux dépens d'un autre

L B
ZEP Marseille compte 28 collèges en ZEP. La réforme De Robien prévoit de classer les ZEP en trois catégories. La première correspondant à plus de moyens, la troisième à un déclassement progressif sur trois ans.