Le « Cobra », un simple « gérant » ?

©2006 20 minutes

— 

Souhel Hanna-Elias est-il à la tête d'un réseau d'exploitation de machines à sous ? Pour son avocat, il serait plutôt le « gérant d'une société qui ne faisait pas de marges faramineuses »

Rien à voir selon lui avec la réputation sulfureuse attribuée depuis des années à cet ex-bras droit de Francis le Belge, fiché au grand banditisme depuis 1989

Vendredi, au lendemain du réquisitoire où deux ans ferme ont été requis contre Hanna-Elias, son avocat Pierre Ceccaldi a insisté sur la bonne foi de son client

Celui-ci a toujours clamé qu'il se contentait d'importer et de vendre des « bingos » fabriqués en Belgique, « en conformité avec la législation communautaire »

« Les fabricants et installateurs des machines ne sont pas responsables de l'usage fait dans les cafés

Si des modifications sont réalisées sur les “bingos”, ça ne concerne pas mon client », a ajouté l'avocat, qui demande la relaxe

Du côté des cafetiers comparaissant aux côtés de Hanna-Elias, la défense a pointé du doigt la désuétude de cette affaire mise au jour entre 1997 et 2000

Jugement le 9 février

Sarah Marengo