La vélorution attend encore le grand soir

laurent berneron

— 

Marseille est en retard sur Paris ou Lyon concernant les pistes cyclables.
Marseille est en retard sur Paris ou Lyon concernant les pistes cyclables. — S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUTES

Une seule solution, la vélorution. Les inconditionnels marseillais du vélo comme mode de transport quotidien fêtent ce soir les un an de la Vélorution, organisée tous les premiers vendredis de chaque mois. Une manière de rappeler leur souhait de voir se développer des pistes cyclables, alors que le dossier semble au point mort dans les bureaux de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM).

De la Corniche à Callelongue
« On en a ras le bol ! Alors, pour une fois, on prend la route pour nous », indique Youssef, l'un des organisateurs de cette parade cycliste écolo-révolutionnaire. De la Plaine (6e), les manifestants sur deux roues défileront sur la Corniche avant de festoyer autour d'un méchoui du côté de Callelongue. Deux cents personnes sont attendues. « Dans des grandes villes comme Lyon ou Paris, les autorités jouent le jeu du vélo comme mode de déplacement, indique Youssef. A Marseille, ce n'est toujours pas le cas. Il y a quelques pistes cyclables en périphérie, mais pas dans le centre. » Et les rares pistes qui existent dans le cœur de la ville sont souvent obstruées par des voitures mal garées, des terrasses de bistrot, ou partagées avec poussettes et piétons. « Je pensais que les choses iraient plus vite », reconnaît Jean-Pierre Fouquet, élu communautaire (Verts), chargé en avril 2009 par le président de MPM, Eugène Caselli (PS), de réfléchir à la place du vélo dans la ville. L'élu, qui a remis un rapport en juillet dernier, préconise la création de pistes cyclables sur « 5 ou 6 grands axes, comme de l'Estaque à la Pointe-Rouge, ou de Luminy à la rue de Rome ». Il prévoit aussi 2 000 à 3 000 places pour garer les vélos à proximité des transports en commun. Dans les services de MPM, on affirme qu'un bureau d'études est en train d'être choisi pour définir un plan de route. « Il n'y aura pas d'éléments concrets avant la fin de l'année », indique-t-on. Pour 2010, une enveloppe de 1,5 million d'euros a pourtant été budgétée par MPM pour les aménagements », rappelle Jean-Pierre Fouquet.

retard

La communauté urbaine du Grand Lyon, qui accueille 300 km de voies pour vélos, souhaite en créer 200 km supplémentaires. A Paris, 370 km de voies permettent de sillonner la capitale à deux-roues. Entre 50 et 100 km de voies cyclables selon les comptages (site propre, sur les trottoirs, couloirs de bus…)existent à Marseille. En avril 2009, un rapport de l'Agence d'urbanisme de l'agglomération marseillaise avait déjà souligné le retard de Marseille.