Bientôt, Epluchures beach ne sera plus

frédéric legrand

— 

Plus que cinq ans avant l'interdiction de baignade. La Surfrider foundation a une nouvelle fois tiré la sonnette d'alarme sur la qualité des eaux des plages de Marseille. L'association organisait hier un « enterrement symbolique » à la plage d'Epluchures beach (8e). « C'est une des plus sales, car elle est très fréquentée, et surtout parce que l'Huveaune s'y jette », explique Lionel Mallet, responsable départemental de Surfrider.

Bassins de rétention
La fondation reconnaît que des efforts ont été faits pour l'assainissement des eaux, mais pointe « les problèmes en cas de gros orages ». Par fortes pluies, le réseau d'assainissement déborde et se reverse dans la rivière, qui contamine la plage. Or, avec la mise en œuvre, à partir de 2013, des nouvelles normes européennes, plus strictes, ces pics de pollution pourraient à terme entraîner la fermeture de la plage si une solution n'est pas trouvée avant fin 2015. « Si on appliquait la directive aujourd'hui, des plages comme le Prophète, les Catalans ou le Bain des dames ne seraient pas aux normes, admet François Gaunet, adjointe (UMP) à la santé. Nous avons en projet de nouveaux bassins de rétention d'eau, mais ce sont des chantiers très lourds. » Selon la mairie, une capacité de 1,2 million de m3 serait nécessaire pour éviter les reverses. Actuellement, plus de 500 000 m3 seraient disponibles. « Le risque sanitaire n'est pas grand, tempère François Gaunet. Les normes européennes ont été établies pour des plages du nord, alors qu'en Europe du sud l'ensoleillement tue en deux heures les bactéries de surface. » Actuellement, en moyenne, les 21 plages du littoral marseillais se retrouvent fermées durant une trentaine de jours sur les 2 000 cumulés que compte la saison.