Impressionnante fuite de naptha à Manosque

Laurent berneron

— 

La rupture d'une pompe au centre de stockage souterrain d'hydrocarbures de la société Géosel, près de Manosque, a provoqué samedi soir la fuite de 200 m3 de naphta dans l'environnement. Aucun blessé n'a été déploré, mais des risques d'explosion ont conduit à l'évacuation de 160 personnes.

Barrages flottants et rideaux d'eau
L'incident s'est déclaré à 19 h 20, selon le préfet des Alpes-de-Haute-Provence, Pierre N'Gahane. Une pompe de surface chargée de faire remonter du naphta, un hydrocarbure léger, depuis le pipeline qui relie le site aux installations pétrolifères de Fos, a cédé. « Il y a eu un bruit violent, puis une décompression », a précisé le préfet, indiquant que le tronçon touché avait été rapidement fermé par les techniciens de Géosel. Environ 200 m3 de naphta se sont déversés dans un bassin de rétention, et une partie de l'hydrocarbure a gagné un ruisseau voisin du site, l'Ausselet, puis la rivière le Largue, un affluent de la Durance. Les pompiers ont installé quatre barrages flottants sur les cours d'eau et des camions spécialisés ont débuté le pompage.
Liquide très volatil, le naphta est susceptible d'exploser selon la température et la pression. Cent cinquante-neuf personnes, habitant les communes limitrophes de Dauphin et Saint-Maime, ont été évacuées et ont passé la nuit de samedi à dimanche dans des salles des fêtes alentours. « Cent quarante personnes sont rentrées chez elles dimanche matin, et dix-neuf, qui habitent un hameau tout proche, sont parties dans leur famille », a indiqué Pierre N'Gahane. Les pompiers ont dressé des rideaux d'eau sur le site pour faire redescendre les gouttelettes d'hydrocarbure contenues dans l'air. « Au plus fort, nous n'avons été qu'à la moitié du seuil minimal d'explosion », a précisé le préfet, estimant hier que « tout risque d'explosion est désormais derrière nous ». Une forte odeur d'hydrocarbure persistait dans l'air dimanche, et aucune trace de ces particules n'a été décelée dans les deux rivières. L'incident a fait craindre une défaillance du pipeline qui alimente le site, comme en août 2009 dans la Crau avec la rupture du pipe SPSE, mais celui-ci a été mis hors de cause. Une enquête de la DREAL (ministère de l'Industrie) est en cours. C'est la première fois qu'un accident se produit sur ce site Seveso, construit en 1969.

stratégique

Le centre Géosel de Manosque est détenu par les groupes Total (majoritaire), Shell et Inéos. Il abrite une des plus importantes réserves d'hydrocarbures du pays, avec une capacité de stockage de 7,5 millions de m3.