bouillon de culture à petit feu pour l'hôpital caroline

C. C.

— 

En avril 2007, la liquidation de l'association Caroline emportait avec elle une part de l'attrait culturel du Frioul. L'association organisait depuis 2000 le festival Nuits Caroline. Elle œuvrait également dans la réinsertion de détenus en fin de peine, à travers la rénovation de l'hôpital Caroline, propriété de la mairie et Monument historique depuis 1980. Si l'association Actavista a pris le relais de la réhabilitation et de la réinsertion, rien n'est venu combler la disparition du festival. « Ce n'est pas faute d'avoir essayé », réagit Nathalie Demaretz. L'artiste a tenté de réinvestir les lieux avec la création du Clac, collectif libre alternative Caroline. « L'idée était de croiser création artistique et recherche scientifique, pour mettre en valeur ce site extraordinaire toute l'année, explique-t-elle. Mais la mairie nous a fait comprendre qu'on ne pourrait rien faire tant que les travaux de rénovation ne seront pas finis. » Selon André Malrait, adjoint (UMP) au patrimoine, « la réhabilitation complète de l'hôpital ne sera pas terminée avant 2020. » Seul un autre festival, Mimi (dixième édition cet été), a pu conserver le droit d'occuper les lieux quelques jours au mois de juillet. Reste le fort Brégantin, appartenant au designer Ora-Ito qui voudrait en faire un lieu artistique ouvert au public. Mais une fois encore, aucune échéance à l'horizon, les travaux étant uniquement financés par le propriétaire.