Cafouillages autour de vestiges antiques

Laurent Berneron

— 

Les murs de la villa découverte près de Berre-L'étang présentent des enduits peints.
Les murs de la villa découverte près de Berre-L'étang présentent des enduits peints. — Inrap

Circulez, il n'y a rien à voir. Le syndicat CGT de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) vient d'alerter les autorités sur le fait qu'un réaménagement de la route départementale RD 10, à Berre-L'Etang, doit recouvrir les restes d'une villa gallo-romaine du 1er siècle avant Jésus-Christ. Si des fouilles ont eu déjà lieu, les salariés de l'Inrap estiment que sur place, des vestiges d'importance sont menacés. « Evidemment que ces vestiges ont un intérêt scientifique, affirme une salariée de l'Inrap, préférant garder l'anonymat. En dehors des principales mosaïques, il reste pratiquement tout, les pièces n'ont été fouillées qu'au quart. »

Des sols en mosaïque
En 2007, elle et ses collègues procèdent au diagnostic du site, avant le début du chantier routier. Verdict de l'équipe : « L'une des villas domaniales gallo-romaines les plus intéressantes du territoire de Berre. » Occupant un peu plus d'un hectare, les constructions antiques auraient été occupées du 1er siècle avant JC jusqu'au début du 7e siècle. Les sols sont en mosaïque et la plupart des murs sont décorés d'enduits peints. Au sud, un espace thermal est « étonnamment bien conservé ». L'Iinrap préconise une fouille « exhaustive ».
Le chantier de la RD 10 est alors arrêté et le conseil général des Bouches-du-Rhône, aménageur de la route, est dans l'obligation de commanditer des fouilles préventives. Un appel d'offres est lancé. Depuis 2003, l'Inrap a perdu le monopole sur les fouilles : des sociétés spécialisées peuvent concourir. Oxford Archéologie Méditerranée remporte le marché et réalise les fouilles dans l'hiver 2009.
« L'opérateur privé était moins cher que nous, parce que nous avions prévu de rester plus longtemps sur le terrain, avance le syndicat. La fouille devait être entière, or l'opérateur n'a pas rempli complètement le contrat. » « Le site était effectivement remarquable, répond-on au conseil général, l'opérateur a même eu plus de temps que prévu. Tout ce qui reste aujourd'hui n'a pas d'intérêt particulier. Et puis, nous ne cassons rien, on recouvre simplement. »
Le conseil général a obtenu le feu vert du Service régional d'archéologie pour poursuivre le chantier de la RD 10. La CGT s'étonne de « cette couverture des services de l'Etat » et demande soit une fouille complémentaire, soit la déviation de la route.

Patrimoine

En 2000, une agence pourle patrimoine antique a été fondée par l'Etat et la région Paca, permettant la restauration du patrimoine provençal,dont des sites majeurs, classées par l'Unesco, comme le théâtre antique d'Arles.