La culture d'entreprise version 2013

Stéphanie HArounyan

— 

Selon Bernard Latarjet, une vingtaine d'ateliers devraient être installés cette année.
Selon Bernard Latarjet, une vingtaine d'ateliers devraient être installés cette année. — S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUTES

C'est l'un des éléments essentiels du choix de Marseille comme Capitale européenne de la culture en 2013, de l'avis des organisateurs de l'année événement. Les ateliers de l'EuroMéditerranée ont été officiellement lancés hier par l'association Marseille-Provence 2013. « Sur le plan culturel, la création contemporaine est le volet le plus lacunaire de l'Union pour la Méditerranée, souligne Bernard Latarjet, directeur de la structure. D'où l'idée de ces plateformes d'accueil, de production, de reconnaissance de ces acteurs culturels, qui apportent un complément aux politiques culturelles européennes. »

«Un engagement de longue durée»
Si quelques ateliers pilotes sont déjà lancés, les premiers projets devraient être mis en place cette année. L'objectif est d'atteindre les 200 ateliers d'ici à 2013, une centaine dans les entreprises et une centaine dans des institutions publiques. Si l'accueil en entreprise varie en fonction du projet ou de la taille de la structure, la pérennisation du projet est l'un des aspects essentiels de la réussite de l'initiative. « Il ne s'agit pas d'une simple mise à disposition gratuite de locaux comme pour une résidence d'artistes, reprend Bernard Latarjet. C'est un engagement de longue durée de mobiliser les moyens de production pour la création, un engagement aussi en terme de diffusion. »
Pour l'entreprise, qui finance donc le projet, il s'agit aussi de faire passer le message auprès de ses salariés, pour que la rencontre avec l'artiste se fasse. Chez Marfret, par exemple, une compagnie maritime où la plasticienne Marie Rainert travaille depuis un an et demi, plusieurs réunions d'information ont été organisées avec le personnel. « Marie a également fait plusieurs fois la traversée vers l'Algérie et a passé un temps fou à apprendre le métier de chacun », note Raymond Vidil, le PDG. Un temps nécessaire pour éviter les incompréhensions. « On est des gens du transport, on a une façon de penser très chronologique, poursuit-il. L'artiste a plutôt un regard transversal. Son angle de vue, c'est le rapport entre l'homme et la marchandise. D'un autre côté, les salariés, eux, ont découvert la précarité de cette jeune femme. Chacun a appris de l'autre. »
Le travail vidéo de l'artiste sera présenté dès juin prochain à l'occasion du festival de Marseille. En 2013, une sélection de projets menés dans le cadre des ateliers sera, elle, présentée au grand public lors du festival InterMed.

site

Marseille Provence 2013 va mettre en place un site Internet dédié à l'actualité des ateliers. En attendant, toutes les infos sont sur www.marseille-provence2013.fr.