La « Marseillaise » entre en scène

Frédéric Legrand

— 

La ville aurait aimé l'inaugurer le 14 juillet, mais il faudra probablement attendre octobre. Le conseil municipal doit débattre aujourd'hui de la délégation de service public pour la gestion du futur mémorial de la Marseillaise. Depuis plusieurs années, la mairie veut aménager l'ancien jeu de paume du 25, rue Thubaneau (1er), ancien siège du club des Jacobins d'où sont partis, en 1972, les fédérés entonnant pour la première fois le chant de l'armée du Rhin, futur hymne national.

Depuis, le bâtiment avait été transformé en théâtre puis en bains publics. « Plusieurs personnes voulaient réhabiliter les bains plutôt que le jeu de paume, note Jean-Claude Gondard, secrétaire général de la mairie. Il y avait un conflit de mémoire, que le maire a arbitré. » Lancés en septembre, les travaux doivent à la fois réhabiliter le jeu de paume et créer un espace de « scénographie électronique » sur la Marseillaise. La ville a fait appel aux scénographes ayant réaménagé le château de la Buzine (11e) en musée du cinéma Marcel-Pagnol. Le musée ambitionne de raconter l'histoire de la Marseillaise et de ceux qui l'ont créée et chantée, la portée et l'actualité de l'hymne, ainsi que le déroulement de la Révolution à Marseille. La mairie espère « un très grand succès » et table sur 40 000 visiteurs par an. W