À Aix, Stéphane Salord se lance dans les régionales au centre

— 

Le centriste Stéphane Salord.
Le centriste Stéphane Salord. — S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUtes

Après avoir hésité, Stéphane Salord repart en campagne. L'ex-colistier du maire d'Aix Maryse Joissains, qui avait obtenu en 2008 l'annulation de son élection, mènera la liste départementale de l'Alliance centriste. Apparue à l'été 2009, l'Alliance veut « rassembler tous les centristes, jusqu'au parti radical valoisien ». Un pari difficile puisque la chef de file départementale des Valoisiens est Arlette Fructus, adjointe de Jean-Claude Gaudin (UMP) et qu'à Aix, les radicaux sont représentés par... Sophie Joissains, fille de l'actuelle maire. Quant au reste de la « famille » centriste, elle est éclatée entre le Nouveau Centre (NC), « un satellite de l'UMP » selon Stéphane Salord, et le MoDem. Or, lors du second vote des municipales en 2009, qui a vu la réélection de Maryse Joissains, Stéphane Salord s'était présenté seul, refusant de rejoindre le tandem anti-Joissains, De Peretti (MoDem) et Medvedowsky (PS). Il n'en reste pas moins que l'Alliance centriste, qui présentera des listes dans toute la région, vise la barre des « 10 % ». Pragmatique, Stéphane Salord se définit comme « un soldat romain qui travaille son champ, sa terre : Aix ». Alors qu'un nouveau recours contre l'élection de Maryse Joissains est en cours d'examen par le Conseil d'État, Stéphane Salord en est sûr : « On revotera au mois de mai. » W

Laurent Berneron