Le ton de la campagne monte d'un cran

Stéphanie Harounyan

— 

Michel Vauzelle (PS), président sortant de la la région, a lancé sa campagne samedi.
Michel Vauzelle (PS), président sortant de la la région, a lancé sa campagne samedi. — P. AIM / REPORTAGE / 20 MINUTES

Samedi, les candidats UMP et PS aux élections régionales en Paca étaient de sortie à Marseille. C'est dans son local du 7e que Michel Vauzelle, président sortant de la région, a lancé officiellement sa campagne, devant plusieurs centaines de militants.

Pour cette première intervention, celui qui brigue un troisième mandat a préféré éluder son challenger, le député UMP Thierry Mariani, pour viser directement Nicolas Sarkozy. Et de rappeler qu'il y a quelques mois, le président de la République avait déclaré : « Cette région, c'est anormal, elle appartient à la droite, nous devons la reprendre ». « Nous répondons "non" au président de la République. Nous ne voulons pas de la société qu'il veut nous imposer, nous ne voulons pas que les décisions qu'il prend pèsent encore davantage par la présence d'un de ses représentants à la tête de la région », a-t-il ajouté, appelant les Verts et les communistes à rallier sa liste dès le premier tour.

De son côté, Thierry Mariani, qui recevait tout le week-end Xavier Bertrand, le secrétaire général de l'UMP, a directement ciblé son adversaire devant un millier de militants UMP, samedi au parc Chanot. « Michel Vauzelle est l'un des derniers représentants de la génération Mitterrand, avec les mêmes recettes. Regardez ce que fait Martine Aubry depuis quelques jours, a-t-il indiqué. Acte 1, on dit :" il faut régulariser tous les sans-papiers ". Acte 2, on dit : "Il faut donner le droit de vote aux étrangers". » Bref, on fait tout ce qu'on peut pour faire monter la mayonnaise et faire, qu'une fois de plus, le Front national soit la bouée de secours du Parti socialiste. » W