FO met la pression sur la mairie

Frédéric Legrand

— 

Le syndicat FO réclame des embauches, notamment dans les crèches de la ville.
Le syndicat FO réclame des embauches, notamment dans les crèches de la ville. — S. POUZET / 20 MINUTES

Ce serait une première depuis l'après-guerre. FO, syndicat ultra-majoritaire parmi les employés municipaux de Marseille, fait planer la menace d'une grève générale de tous les services, à partir de lundi prochain, si un accord n'est pas trouvé d'ici à ce soir avec la mairie de Marseille. Force ouvrière réclame des embauches pour pallier les postes vacants et les départs en retraite.

Parmi les 11 000 agents municipaux, répartis en plus de 80 services, « on peut redéployer des postes avec une réorganisation, estime Patrick Rué, secrétaire général adjoint des agents territoriaux. Mais il manquera encore du personnel dans des services comme les crèches, les écoles, les sports, les espaces verts, les pompes funèbres, la régie et les services techniques ». Le syndicat réclame 500 embauches, tout en assurant « qu'il y a une marge de négociation ». En début d'année, le maire (UMP) Jean-Claude Gaudin avait promis un effort, tout en soulignant la situation tendue des finances municipales. Après un premier round la semaine dernière avec le cabinet du maire, FO notait « quelques avancées sur les écoles et les crèches, mais une progression encore insuffisante » pour les autres services. « Ça va se jouer dans les dernières heures [de négociations], mais on est confiants », assurait en fin de semaine Patrick Rué.

Une assemblée générale doit avoir lieu demain au siège départemental de FO pour décider de la tenue ou non de la grève. Jusqu'à présent, jamais FO n'avait appelé à la grève générale à Marseille dans un cadre purement local. Contactée, la mairie n'a pas souhaité commenter ce dossier avant l'issue des négociations. W