L'activité du Port autonome est à l'arrêt en raison d'une grève nationale.
L'activité du Port autonome est à l'arrêt en raison d'une grève nationale. — S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUTES

Marseille

La CGT met la pression sur le port

Quinze navires étaient bloqués en rade de Marseille et Fos hier, après un arrêt de travail de 24 heures suite à un appel national de la CGT des ports. Le syndicat, ultra-majoritaire dans les ports français, proteste contre les conditions d'applicatio...

Quinze navires étaient bloqués en rade de Marseille et Fos hier, après un arrêt de travail de 24 heures suite à un appel national de la CGT des ports. Le syndicat, ultra-majoritaire dans les ports français, proteste contre les conditions d'application de la loi de réforme des ports, qui privatise les activités de manutention. Les terminaux de marchandises étaient totalement bloqués hier à Marseille et à Fos. L'activité passagers et hydrocarbures, en revanche, n'a pas été touchée par le mouvement.

Après une première journée de grève lundi dernier, la CGT continue de réclamer des garanties pour les postes transférés au privé. « Le gouvernement avait annoncé 30 000 créations de ­postes au plan national, en conséquence de la ­réforme. Aujourd'hui, on voit ­plutôt des disparitions d'emplois », dénonce Pascal Galeoté, secrétaire général de la CGT du Grand port maritime (GPM) Marseille-Fos. Près de 500 des 1 500 employés du port seraient concernés par la privatisation. Après plusieurs conflits sociaux, certains terminaux devraient cependant rester dans le giron public, via des filiales ­privées, dans lesquelles le port garderait une participation. Cette ­nouvelle orientation devrait concerner le terminal des conteneurs marseillais de Mourepiane, ainsi que les terminaux pétroliers de Fos, qui assurent les deux tiers du trafic du GPM. Mais, selon la CGT, aucune entreprise n'a encore manifesté d'intérêt pour ces terminaux pétroliers. Et, concernant le terminal conteneurs de Fos-­Graveleau, les deux sociétés privées déjà présentes sur place n'ont pas réussi à conclure un accord dans le cadre d'une négociation de gré à gré. « Cela en dit long sur les risques de déplacement du trafic vers Fos 2XL », estime Pascal Galeoté. ­Actuellement en construction, les ­terminaux 2XL seront gérés intégralement par le privé. La CGT rencontrait hier après-midi la direction du GPM pour discuter notamment de mesures de ­départs en préretraite qui pourrait concerner 300 personnes. W