Perquisitions dans l'enquête sur les déchets

— 

Les conditions d'attribution de marchés sur la collecte des ordures intéressent la justice.
Les conditions d'attribution de marchés sur la collecte des ordures intéressent la justice. — S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUtes

Les gendarmes de la section de recherche de Marseille ont mené hier des perquisitions au conseil général des Bouches-du-Rhône et au siège de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM), gérés par le PS, a-t-on appris de sources concordantes.

Ces perquisitions ont été menées dans le cadre de l'information judiciaire menée par le juge d'instruction Charles Duchaine, sur les conditions d'attribution de marchés publics sur la collecte des déchets à MPM. Hier en fin d'après-midi, le directeur informatique de MPM était entendu par les gendarmes. Selon le site Internet du Point, qui a révélé les perquisitions, l'enquête pourrait être élargie suite à des soupçons de fraude dans les agréments délivrés aux maisons de retraite, dossiers gérés par le conseil général. Accompagnant une délégation de collégiens au camp d'Auschwitz, Jean-Noël Guérini, président (PS) du département, n'était pas joignable hier. Présents en nombre pour la pose de la première pierre du Mucem, élus de gauche comme de droite se refusaient hier à toute réaction, souhaitant « laisser la justice faire son travail ». Depuis avril, le juge Duchaine enquête suite à des soupçons de marchés truqués dans le secteur de la collecte des déchets. Des perquisitions avaient déjà été menées il y a quinze jours au domicile et aux sièges des deux sociétés d'Alexandre Guérini, frère de Jean-Noël et entrepreneur dans le secteur de la collecte et de la gestion des déchets. S'estimant mis en cause par plusieurs journaux, Alexandre Guérini a, depuis, demandé à être entendu par la justice, dénonçant un complot politique destiné à nuire à sa famille. W

F. L. (avec AFP)