Le ramassage des ordures coûtera toujours bonbon

— 

Pour passer la collecte des poubelles en tout public, « il faut que ce soit moins cher ou égal au privé », martèle la gauche. Alors que la communauté urbaine de Marseille augmente cette année sa taxe d'enlèvement des ordures ménagères pour payer le surcoût de l'incinérateur, toute augmentation supplémentaire du budget déchets aurait politiquement du mal à passer. Selon la chambre régionale des comptes, la collecte privée des ordures à Marseille a coûté quelque 216 millions d'euros (hors taxes) en six ans. Selon les arrondissements, l'augmentation des prix, de 1998 à 2004, varie de 70 % à 230 %. « Dans le cadre du nouvel appel d'offres [2010-2016], nous avions déjà réussi à faire 20 millions d'économie », souligne Antoine Rouzaud, vice-président (PRG) de MPM chargé des déchets.

Selon Force ouvrière, passer l'ensemble des arrondissements au public revient à intégrer 450 employés, avec tous les avantages sociaux liés à la fonction publique territoriale. « Pour 90 % d'entre eux, ce sera plus intéressant que ce dont ils bénéficient dans leur entreprise », souligne Patrick Rué (FO). Intégrer ces travailleurs pourrait donc augmenter sensiblement la charge salariale de la collecte, qui compte déjà près de 900 agents. Et il faut y ajouter le coût des achats et de la gestion du matériel. « La subvention d'investissements de 50 millions d'euros par an votée par le conseil général pour MPM peut aider », estime Patrick Rué. Problème : la somme était destinée initialement à de grands travaux d'infrastructures type prolongement du métro. Encore un dilemme à trancher pour le budget 2010 de MPM. W

F. L.