la réforme du port suscite l'impatience

— 

Des responsables et professionnels portuaires, réunis hier à Marseille, ont réclamé que la réforme des ports, votée en juillet 2008, puisse montrer ses effets au plus vite, bien que le transfert effectif des salariés vers le privé fût délicat. Plusieurs entrepreneurs marseillais ont fait part de leur impatience, compte tenu du coût de la réforme sur les bassins Est du port de Marseille-Fos, où la CGT a multiplié les grèves. « Jusqu'à ce jour, je n'ai encore rien vu d'appliqué et la réforme ne m'a apporté que des pertes, qui ne seront pas ou peu compensées », a déploré Raymond Vidil, président de la compagnie maritime Marfret. « Cette réforme, c'est un chemin de croix. Il y a urgence à finir le travail et c'est la responsabilité des élus et de l'Etat », a déclaré Hervé Balladur, président de l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos. Une nouvelle convention collective pour l'outillage et la manutention doit être bouclée d'ici à la fin de l'année. La date butoir pour le transfert des personnels a été fixée à avril 2011. W