Les Pipolo font voeu de silence

Frédéric Legrand

— 

André Pipolo comparaît avec ses deux fils.
André Pipolo comparaît avec ses deux fils. — S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUTES

André Pipolo n'en a pas démordu : pas question de dire un mot au tribunal avant d'avoir « sa » réponse à lui. Il attendait une décision de la cour d'appel sur sa demande de récusation de Vincent Turbeaux, le président de la sixième chambre correctionnelle de Marseille avec qui la famille avait eu une passe d'armes tendue la veille. La décision n'est tombée qu'hier en début de soirée (lire encadré), trop tard pour rompre le silence dans lequel se sont murés les Pipolo durant cette deuxième journée du procès des navettes du Frioul. Dès le matin, étudiant la naissance du Groupement des armateurs côtiers marseillais (GACM), créé en 1974, le tribunal n'interroge donc que Paul Crescioni, co-prévenu et principal associé des Pipolo. A 77 ans, le patriarche, un peu dur d'oreille, s'accoude au bureau du président pour « faire le topo ».

Lui succédant à la barre, son fils Pierre, prévenu lui aussi, tente d'expliquer le versement des salaires de la vingtaine d'employés du GACM. Selon les comptes, le salaire mensuel moyen est de 630 euros. « On payait uniquement en fonction des heures effectuées à bord, assure Pierre Crescioni. Les marins faisaient un relevé, et je l'envoyais aux affaires maritimes. » Pourtant, plusieurs matelots et capitaines assurent gagner de 1 500 à 2000 euros par mois. Brisant son voeu de silence, André Pipolo s'insurge : « Ils disent ça et ils ont une fiche de salaire de 600 euros ? Ça n'a aucun sens ! » Le procureur, lui, soupçonne des complèments de paie en espèce. « Ça permet de contourner les Assedic, souligne Marc Rivet. Dans cette affaire, elles évaluent leur préjudice à 265 000 euros. »

L'hypothèse d'un système de double billetterie commence à apparaître en filigrane. D'autant que, malgré un contrat avec la ville jusqu'en 1999, jamais la mairie ni la communauté urbaine n'auront une idée précise du nombre de passagers transportés par le GACM. W