Les maires communistes réclament un débat

— 

Pierre Dharréville, secrétaire départemental du Parti communiste, hier.
Pierre Dharréville, secrétaire départemental du Parti communiste, hier. — P. AIM / REPORTAGES / 20 MINUTES

Le succès de la consultation citoyenne pour La Poste résonne comme un encouragement. Hier, les maires communistes des Bouches-du-Rhône ont annoncé l'organisation de débats publics dans leur commune autour de la réforme territoriale.

Dans leur viseur, une disposition de ce projet, dont le calendrier reste flou (lire encadré), qui prévoit la création de grandes métropoles, sortes de super-communautés urbaines pour les bassins de plus de 450 000 habitants. « La commune va devoir faire place à des mastodontes. Les centres de décision seront très éloignés des citoyens, et les élus plus difficiles d'accès, analyse Pierre Dharréville, secrétaire départemental du Parti communiste. L'enjeu n'est donc pas la discussion sur les contours de la métropole marseillaise, mais de combattre ce projet antidémocratique. »

D'où ces débats publics, qui seront organisés dans la semaine du 19 au 23 octobre dans chacune des communes du département gérées par des élus communistes - entre autres, Aubagne, Septèmes, Martigues, Port-de-Bouc, Gardanne ou encore Port-Saint-Louis-du-Rhône.

Après quoi, les élus réfléchissent à l'idée d'une grande consultation citoyenne, à l'image de celle organisée ce week-end pour La Poste. « Le succès de la consultation montre que les gens ne veulent pas être écartés, pointe Jean-Marc Charrier, maire de Port-Saint-Louis. Cette réforme ne doit pas être une affaire de spécialistes, les citoyens doivent décider ce qui est mieux pour eux. »

Les maires envisagent également de solliciter leurs homologues socialistes du département pour les suivre dans leur démarche. Plusieurs élus d'Ouest Provence ont déjà manifesté leur hostilité à la réforme. Mais la fronde couve aussi à droite. « J'ai entendu la maire d'Aix [Maryse Joissains, UMP] dire qu'elle était contre », note Roger Meï, le maire de Gardanne.

Pour l'heure, le calendrier des premières réunions publiques devrait être précisé dans les jours à venir. W

S. H.