Les Baumettes changent de tête

Frédéric Legrand

— 

Selon Thierry Alves, lesétudes techniques doivent être rendues « très prochainement ».
Selon Thierry Alves, lesétudes techniques doivent être rendues « très prochainement ». — P. AÏM / REPORTAGES / 20 MINUTES

Ce sera le « principal chantier » de sa nouvelle fonction. Thierry Alves, 43 ans, a été intronisé, hier, nouveau directeur de la prison des Baumettes (9e), avec pour mission de lancer les travaux de réhabilitation. Construite dans les années 1930, la prison des Baumettes (devenue la deuxième prison de France, avec près de 1 800 détenus) a été clouée au pilori par le Conseil de l'Europe, qui l'a qualifiée d'« endroit répugnant ».

Annoncé pour 1999, le chantier de sa réhabilitation est devenu un véritable serpent de mer, la garde des sceaux Rachida Dati évoquant finalement l'année 2015 comme échéance des travaux. « Le projet de rénovation n'a pas pu aboutir tel que prévu, alors que les effectifs n'ont cessé de croître », souligne Patrick Mounaud, directeur interrégional des services pénitentiaires Paca-Corse. Selon l'observatoire international des prisons (OIP), la surpopulation aux Baumettes atteignait 138 % en avril. Les condamnés bénéficiant de cellules individuelles, les détenus en attente de jugement se retrouvent à deux, trois ou quatre par cellule de 9 m2, selon l'OIP. La réhabilitation des Baumettes doit permettre de gagner de la place. « Les études de faisabilité doivent être rendues très prochainement, assure Thierry Alves. Cela va permettre de faire un choix sur la capacité en places, l'architecture retenue et le calendrier. »

L'administration ne disposant pas de terrain libre à proximité, les travaux vont entraîner des transferts de détenus vers des prisons proches. D'ici au lancement du chantier, l'administration pénitentiaire réorganise aussi le sas d'entrée des Baumettes, afin d'améliorer l'accueil des familles qui attendent pour les parloirs. W