Il tue son ex-femme devant son fils

Frédéric Legrand (avec AFP)

— 

Le groupe d'intervention de la police nationale a persuadé l'homme de se rendre.
Le groupe d'intervention de la police nationale a persuadé l'homme de se rendre. — G. JULIEN / AFP

Le meurtrier présumé a été écroué hier. Cet homme avait tiré sur son ex-épouse à coups de fusil, vendredi soir, sous les yeux de leur fils de 13 ans. Il s'était ensuite rendu au groupe d'intervention de la police nationale (GIPN), « Il est sorti tout seul, très abattu, tout à fait conscient de ce qu'il avait fait », selon Guy Patzlaff, premier adjoint au maire de La Ciotat.

Les faits se sont déroulés vers 19 h, dans un quartier résidentiel de La Ciotat. Cet enseignant de 53 ans a fait feu sur son ex-conjointe avec une arme de gros calibre, dans sa voiture, selon une source policière. La victime a reçu trois balles dans la tête. L'homme s'est ensuite enfermé chez lui. Le GIPN a alors été dépêché tandis que l'enfant, témoin du meurtre, était pris en charge et hospitalisé. Dans un premier temps, le tireur a refusé de répondre aux appels de la police. Finalement, après une discussion menée par un négociateur du GIPN, l'homme a accepté, vers 21 h, de se rendre sans violence. « On lui a téléphoné, ensuite il a ouvert les volets et il a fait ce qu'on lui demandait de faire », explique Guy Patzlaff.

Selon l'adjoint au maire, cet enseignant à l'université de Luminy était « dépressif ». « Il semble qu'il y ait eu un différend post-conjugal autour des enfants », explique Jacques Dallest, procureur de Marseille, venu sur place. La victime, scientifique à l'université de Luminy, venait en effet récupérer un de leurs deux enfants quand le drame s'est produit. Le tireur présumé a été placé en garde à vue et devait être présenté au parquet hier soir, avant l'ouverture d'une information judiciaire. W