Procès pour double infanticide: Les enfants drogués aux sédatifs

JUSTICE Devant la cour d'assises d'Aix, l'expert s'est montré formel...

— 

L'expert est formel. «Ce sont probablement les concentrations de sédatifs les plus élevées que j'ai jamais vues», déclare-t-il lors de son audition mardi, à Aix. Au deuxième jour du procès du couple soupçonné d'infanticide, les analyses toxicologiques des cheveux des deux enfants, retrouvés morts à Marseille en octobre 2005, établissent qu'ils ont été drogués pendant plusieurs mois avec des barbituriques.

Jean-Paul Steinjs et Marie-Hélène Martinez, les deux accusés, assurent n'avoir «rien remarqué de bizarre», niant tous deux leur avoir administré les comprimés. Mais selon l'expert, la dose de sédatifs ingurgitée «démontre que les enfants devaient fonctionner au ralenti, somnoler, être souvent prostrés». L'avocate des grands-parents, qui se sont portés partie civile, monte alors au créneau : «Il me paraît inconcevable que les accusés aient pu ignorer les troubles du comportement des enfants.» Le procès doit se poursuivre jusqu'à vendredi.