« On tient à défendre les radios locales »

— 

Marseille et Nice seront les deux premières villes à disposer de la radio numérique. Pourquoi ?

C'est dans ces villes que Canal+ libère en premier son ancienne fréquence analogique. Nous avons donc lancé des appels d'offres pour que les stations puissent émettre dès que possible, a priori à mi-décembre 2009.

Le CSA a retenu 41 candidats pour Marseille, dont 12 nouvelles stations. Quels ont été vos critères ?

Il y a évidemment une priorité pour les stations émettant déjà sur la bande analogique. Après, il n'y a pas de critère national. Cela dépend de la zone de diffusion. On tient beaucoup à défendre les radios locales et à Marseille, nous avons essayé d'avoir des radios pluricommunautaires.

Y a-t-il encore de la place pour d'autres stations ?

Pour la zone de Marseille, toutes les fréquences sont utilisées. Nous allons bientôt passer des appels d'offres pour les autres zones du département.

Le CSA a-t-il prévu des aides pour le passage au numérique des radios associatives ?

Il y a un vrai souci sur la diffusion : le temps que les Français s'équipent en récepteur numérique, les stations vont devoir émettre à la fois en numérique et en analogique, ce qui va leur coûter plus cher. Nous demandons donc au ministère de la Communication d'aider à la fois sur l'investissement, mais aussi sur la diffusion. W

Recueilli par F. L.