Un été sous le signe de la sécurité

Stéphanie Harounyan

— 

Drapeaux bas. Les postes de secours des plages marseillaises ont baissé les fanions hier, pour la dernière fois de la saison. « Nous avons eu un excellent été, confirme Marc Labouz, qui dirige l'unité de surveillance des plages et du littoral. A l'exception d'un accident grave, on a surtout eu de la bobologie classique. »

Si le volume d'interventions est à peu près équivalent aux années précédentes, la fréquentation, elle, a été plus importante. « On a été gâtés par la météo, analyse Marc Labouz. Il y a aussi beaucoup de Marseillais qui sont revenus sur leurs plages. C'est l'effet économique : quand on part se baigner ailleurs, il faut payer le déplacement, le péage, le parking... Et il y a l'effet sécurité : des policiers sur les plages, ça rassure. »

Dès le 1er juillet, 70 policiers et 70 agents de la ville ont été affectés sur le sable à la surveillance, avec une priorité cette année : hausser le ton sur les infractions les plus graves. « Nous avons fait un gros travail avec les autorités pour mettre à plat les procédures, note Marc Labouz. Cela fait des années que l'on répète les consignes. A un moment, il faut sanctionner. » Bateaux dans la zone de baignade, vitesse excessive, défaut de titre de navigation... Les contrevenants sont tous attendus en octobre devant le tribunal maritime de commerce et risquent des amendes pouvant s'élever jusqu'à 3 750 euros. « Le milieu du nautisme est petit, ça va se savoir, espère le chef d'unité. Les effets se feront sentir l'été prochain. »

Les postes de sécurité étant fermés, c'est désormais aux plagistes de rester vigilants pour prévenir tout accident. « Les plages des Catalans, du Prophète et de la Pointe-Rouge sont les plus adaptées pour les familles, conseille Marc Labouz. N'oubliez pas les brassards pour les plus jeunes. » W