La Facture de l'incendie de carpiagne est salée

— 

Près de 1 075 ha étaient partis en fumée lors des incendies fin juillet.
Près de 1 075 ha étaient partis en fumée lors des incendies fin juillet. — S. PAGANO / REPORTAGES / 20 MINUTES

Après les flammes, les comptes. La municipalité a détaillé hier le diagnostic commandé à l'Office national des forêts (ONF) évaluant les opérations nécessaires - et leur coût - pour sécuriser les sites de l'est marseillais touchés par les flammes fin juillet. Près de 1 075 ha avaient brûlé lors de cet incendie, provoqué par un exercice de tir sur le camp militaire de Carpiagne.

Si les opérations de mise en sécurité des espaces, notamment le parc des Bruyères (10e), ont débuté depuis trois semaines, le diagnostic évalue le coût total de ces aménagements à 843 000 euros. Les travaux déjà engagés, qui mobilisent une centaine de militaires encadrés par des agents de l'ONF, ont déjà coûté l'équivalent de 240 000 euros. La Défense devrait encore contribuer à l'effort de réhabilitation, par la mise à disposition de ses hommes, à hauteur de 420 000 euros. Le reste de la note est à la charge des collectivités, en particulier de la mairie, le conseil général fournissant une aide matérielle. « Nous espérons que l'Etat apportera une contribution sonnante et trébuchante », note José Allegrini, adjoint au maire. Un coup de main qui serait bienvenu, la ville ayant déjà dû débourser près d'1,5 million d'euros à la suite des dégâts causés par l'épisode neigeux de janvier. Sur le terrain, les travaux de sécurisation ont déjà permis l'abattage de 1 372 arbres brûlés qui menaçaient des voies ou des habitations. C'est l'une des priorités des équipes, avec la prévention des risques naturels, comme les chutes de pierres ou, surtout, les inondations : près de 2 km de fascine [sorte de barrage réalisé avec les bois morts coupés] ont été mis en place, principalement dans le parc des Bruyères. Désormais, les travaux se poursuivent vers la Panouse, la Rouvière et Vaufrèges. La mise en sécurité devrait s'étaler sur plusieurs semaines. W

S. H.