Le Vélodrome nouveau est lancé

Frédéric Legrand

— 

Pour passer de 60 000 placesà plus de 70 000 et couvrir le stade, l'investissement
est évalué entre 120 et 160 millions d'euros.
Pour passer de 60 000 placesà plus de 70 000 et couvrir le stade, l'investissement est évalué entre 120 et 160 millions d'euros. — S. PAGANO/REPORTAGES/20 MINUTES

Plus grand, couvert, et entouré de commerces, de logements et de bureaux. Le conseil municipal de Marseille a voté, hier, le principe d'un partenariat public-privé pour réaménager le stade Vélodrome d'ici à 2015. Le projet était dans les tuyaux depuis plusieurs années, mais la candidature de la France pour l'organisation de la coupe d'Europe 2016 lui a donné un coup d'accélérateur. Pour passer de 60 000 places à plus de 70 000 et couvrir le stade, l'investissement est évalué entre 120 et 160 millions d'euros.

Vu les finances locales, impossible d'assumer une telle charge uniquement sur les fonds publics. « Nous proposons une solution où la ville garderait la propriété du stade, mais où les deux tiers des travaux seraient financés par un investisseur privé », explique Jean-Claude Gaudin. Et contrairement à ce qui se pratique en Angleterre, le stade ne prendrait pas le nom d'un sponsor. Pour se rémunérer, l'entreprise recevrait une redevance de la ville, et surtout des droits à construire sur les terrains situés entre le stade et l'Huveaune. « Il n'est pas question de construire sur les parvis actuels ou sur le parking de la RTM, qui sera agrandi de plusieurs étages », assure le maire. Les immeubles construits près du Vélodrome pourraient eux aussi l'être en hauteur. « Nous n'avons encore aucune indication là-dessus, alors que ces immeubles pourraient être aussi hauts que le Grand Pavois », prévient Eugène Caselli (PS). Malgré les mises en garde, le projet a été adopté hier à l'unanimité, moins les abstentions des élus Verts et du MoDem. La ville a jusqu'à fin 2010 pour sélectionner un groupement d'entreprises et un architecte, et boucler le financement. W