Des instits désobéisseurs en renfort pour Erwan Redon

MARSEILLE L'instituteur était convoqué pour «insuffisance professionnelle» après avoir refusé d'appliquer les réformes de Xavier Darcos...

S. H.

— 

 Manifestation de soutien au professeur des écoles Erwan Redon à Marseille le 7 juillet 2009.
 Manifestation de soutien au professeur des écoles Erwan Redon à Marseille le 7 juillet 2009. — Serge Pagano/Reportages

Reporté. Erwan Redon, professeur des écoles et membre du mouvement des «désobéisseurs», sera finalement fixé sur son sort en août. L'instituteur, qui enseigne à l'école des Convalescents (1er), était convoqué ce mardi pour «insuffisance professionnelle» devant une commission disciplinaire de l'inspection académique. Une «maladresse», a indiqué Gérard Trève, l'inspecteur d'académie. «C'est un problème de forme, a-t-il expliqué. mes services ont formulé la convocation à la commission disciplinaire en utilisant le terme d'insuffisance professionnelle, qui ne peut se traduire que par un licenciement. Or, on n'est pas dans cette logique-là. Il s'agit seulement d'une sanction disciplinaire pour non exécution des tâches qui sont dues par un fonctionnaire.»

L'enseignant, qui risque cette fois une sanction allant de l'avertissement à la révocation, devra se représenter en août à une date encore indéterminée.

Mardi, il a reçu le soutien de plus de 150 personnes, qui s'étaient rassemblées devant la mairie des 1er et 7e arrondissements. Parmi eux, venus de toutes la France, des enseignants «désobéisseurs», qui refusent d'appliquer certaines réformes décidées par le ministère de l'Education, comme l'aide personnalisée ou le fichier «base élèves». Des réformes «insupportables», ont-ils déclaré ce mardi, instaurant selon eux une compétition entre élèves, professeurs et établissements.